Simca   
 
La Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie Automobile (S.I.M.C.A.) a été fondée en 1934 par Henri Théodore Pigozzi. Le premier modèle produit par Simca est en 1936 la Simca 5.
 
L'une des plus marquante est la Simca Aronde. Elle fut produite à 1,5 million d’exemplaires de 1951 à 1963 et restylée plusieurs fois, en 1955 et en 1958 (P60) et proposée en de nombreuses versions : Etoile, Elysée, Grand Large, Monthléry, Monaco, Océane, Plein Ciel, Ranch, Chatelaine, Messagère, Intendante...
Simca devient le second constructeur français en 1959 et passa à ce moment sous le contrôle de Chrysler. La gamme évolua dans les années 60 avec les Simca 1000 (1961), 1300/1500 (1963) et 1100 (1967).

L’Horizon lancée en 1978 et la Solara sortie en 1980 ont été les dernières voitures à arborer le sigle Simca. Peugeot racheta les filiales européennes de Chrysler la même année et en 1979 remplaça le nom de Simca par celui de Talbot. Les Simca-Chrysler devenaient des Talbot-Simca puis des Talbot en 1981.

L'Histoire de Simca et Talbot se croise à nouveau, elle s'était déjà croisée en 1958 quand Simca avait racheté Talbot qui était à l'époque un célèbre constructeur de voitures de prestige.
 

Toutes les productions Simca 1955 et Présentation de la Simca 1000 par HT. Pigozzi 1961 - Ouvrage Simca, L'aventure de l'hirondelle d'Adrien Cahuzac
 
 

Talbot
 
Talbot entre dans le monde automobile en 1902 avec l’association du constructeur A.Clément et de lord Talbot. Puis en 1919, Clément-Talbot va fusionner avec la firme Darracq pour former le groupe Talbot-Darracq, qui va fusionner à son tour avec la firme britannique Sunbeam en 1920, le groupe Sunbeam-Talbot-Darracq est alors créé (communément appelé STD). Il est établi à la fois en France et en Angleterre.

En 1933 le contexte économique conduit à la mise en liquidation du groupe STD et à la reprise en 1934 de la branche française par Anthony Lago et celle de la branche britannique par le groupe Rootes la même année. Les Talbot construites à Suresnes prirent alors le nom de Talbot-Lago, elles n'ont plus rien à voir avec les Talbot-Sunbeam britanniques.

Mais en 1957, la situation économique est désespérée malgré une tentative de relance en 1955 et Anthony Lago doit renoncer dans un premier temps à la production de ses propres moteurs. Il va acheter des moteurs BMW V8 de 165ch pour les monter dans son coupé Talbot-Lago America. Malgré ce changement, la firme de Suresnes se trouve au bord du gouffre en 1958.

Anthony Lago tente un rapprochement avec Maserati mais ce rapprochement échoue et c'est Simca qui rachète finalement l’entreprise. La dernière grande marque française de prestige d’avant-guerre va disparaitre ainsi à la fin des années 1950.

Vingt ans plus tard, la marque Talbot renait de ses cendres. Et oui, en 1979 Chrysler-France (ex-Simca) et Chrysler UK (ex-Rootes) sont rachetés par Peugeot, et celui-ci ne désirant pas conserver le nom de Simca et ne pouvant garder celui de Chrysler europe exhume le nom Talbot.
 

Magazine Retro Passion N°131 août 2001 et Magazine AutoRetro N°100 décembre 1988

  
(Source des articles: Documents personnels du Webmaster, articles de presse, ourvages, site internet mavel)




 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement